Dark Vador “Je suis ton site”

Orson Welles “Travailler pour la postérité est vulgaire”

Jay Z – The Blueprint 3

Mis en ligne par on oct 16th, 2009 article dans la section : Chroniques, Musique. Vous pouvez suivre les discussions autour de ce texte avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire

Pochette de Blueprint 3 de Jay Z

Pochette de Blueprint 3 de Jay Z

Quatorze ans et treize albums que Shawn Carter alias Jay-Z traîne son flow d’albums en mixtapes. Une longévité exceptionnelle dans le hip-hop, quand Eminem fait déjà figure de retraité. Et pourtant, Jay continue d’avoir des choses à raconter, à force on ne sait plus très bien quoi d’ailleurs. Le morceau de bravoure « Death Of Auto-Tune » célèbre par exemple la victoire (supposée) de Jay-Z sur un synthétiseur vocal. Fascinant. Sur « Empire State of Mind » en duo avec Alicia Keys, il chante son amour pour New York : « Tu es à New York, les rues vont faire de toi un homme nouveau, les lumières vont t’inspirer. » Et l’auditeur dans un élan de sympathie pour ce thème si peu usité d’ajouter : « Et si je réussis ici, je réussirai n’importe où, New York, New York… », faites donner les trompettes, merci Frank Sinatra.

Pourtant même si Jay semble avoir fait le tour de ses sujets de prédilections, The Blueprint 3 reste un bon cru dans les sorties de l’année. Peut être parce le rappeur est toujours remarquable de sobriété et délivre invariablement un flow de taureau. Malgré ses 39 ans, il reste, du haut de son 1m95, l’éternel poids lourd du hip-hop américain, la force tranquille toujours bien entourée : Kanye West, Pharell Williams, Timbaland, Rihanna…

Un renfort d’invités qui lui permet de sortir « Run This Town », un des singles les plus efficaces de la rentrée, avec Rihanna en pin-up ado pour le refrain. De son côté, Kanye West, plus discret qu’à l’accoutumée, signe une production qui mixe gros riffs, basses synthétiques saturées et beats binaires d’une efficacité redoutable. Il ouvre un boulevard à Jay-Z qui rappe avec la sérénité d’un Michael Jordan dribblant pour le panier final.

Un album digne où Jay-Z fait preuve d’une retenue olympienne, même quand il utilise le tube de l’été 2007 « D.a.n.c.e. » du duo parisien Justice comme instrumental. Un exemple dont feraient bien de s’inspirer les Black Eyed Peas, tout occupés qu’ils sont à s’acoquiner avec le David Guetta Tuning Techno Club de Dunkerque.

Brendan Troadec

Un commentaire pour “Jay Z – The Blueprint 3”

  1. bastien dit :

    eminem fait figure de retraitée moai ya peu étre des gens qui pense sa mais il est bien present cette année avec relapse relapse 2 sort en fin d’année et eminem en a des truc a raconter! jay-z sa devient de moins en moins rap je toruve!… mais bon ces des tubes de radio!…….

Faire un commentaire

Rejoignez Nous !
Document sans nom rss lien facebook twitter